Cher Homère...

(actualisé le ) par E. Pavy

Bonjour à tous,
Pour conclure une séance consacrée à l’étude de certains passages de l’Odyssée d’Homère, les élèves de 6A et de 6B ont écrit des lettres adressées à Homère en se mettant dans la peau d’un des personnages.
Cela leur a permis de comprendre comment il fallait présenter une lettre, de réviser la séquence, de travailler en collaboration et surtout de faire preuve d’humour...
Je vous laisse découvrir cela en pièces jointes avec la présentation épistolaire complète ou ci-dessous sans les entêtes.
Bravo aux élèves !

LETTRE DES 6B - groupe 2

Cher Homère,

Je me présente, je me nomme Ulysse, fils de Laërte, roi d’Ithaque, personnage éponyme de votre œuvre intitulée L’Odyssée dans laquelle je vis de multiples aventures sur terre et sur mer, en combattant de nombreux monstres, à l’aide de mes compagnons et ce afin de rentrer chez moi à Ithaque, royaume que j’ai laissé pendant vingt ans, abandonnant malgré moi mon fils Télémaque et ma femme Pénélope.

Je me permets de vous écrire car je voudrais vous complimenter sur le rôle que vous m’avez donné. En effet, je suis courageux notamment lorsque je dois combattre Polyphème le cyclope. Je suis également rusé lorsque j’imagine la ruse du cheval de bois pour mettre fin à la guerre de Troie. Aussi, je suis fier d’être le héros de votre œuvre grâce à laquelle j’ai pu traverser les siècles.

Néanmoins, je voudrais ne pas avoir eu à quitter ma famille : vous rendez-vous compte des souffrances endurées par Pénélope à cause des prétendants ? Et que dire de la peine engendrée par le fait de ne pas avoir connu la jeunesse de mon fils ? Aussi, je ne suis pas sûr que se moquer du cyclope était une très bonne idée…

Pour finir, je vous demande de m’envoyer dans l’espace : je suis sûr que je serai un personnage d’animé célèbre. Je me vois même bien avec un petit robot nommé NONO !!!

Je vous remercie de m’avoir lu et vous envoie mes salutations distinguées,

ULYSSE

LETTRE DES 6A - groupe 2

Cher Homère,

Je me présente, je me nomme Polyphème. Je suis le cyclope malmené par Ulysse dans votre œuvre l’Odyssée. En effet, ce dernier m’a aveuglé lors de notre rencontre dans ma caverne. Vous vous rendez compte, il m’a rendu saoul puis m’a crevé l’oeil avec un pieu après m’avoir dit qu’il s’appelait Personne !

Je me permets de vous écrire pour vous demander une chose : auriez-vous l’obligeance de réécrire votre œuvre afin de m’offrir un destin moins funeste et plus glorieux ? En effet, je suis fâché car je me suis fait avoir par un mortel, moi fils du dieu Poséidon, maître des océans. Ma réputation a été souillée par ce misérable et ses compagnons. D’ailleurs, pour me venger, j’en ai dévoré quelques uns ! Ils avaient bon goût à ce propos mais manquaient de sel ! Revenons à nos moutons, enfin à mes moutons : il a quand même osé utiliser mes brebis pour se cacher, ce malotru de Grec !

Je termine en vous faisant part de mes souhaits : pourriez-vous me rendre la vue et si possible me rendre plus rusé et moins naïf ? Je vous demande aussi de transmettre à Ulysse le message suivant : « Je TE HAIS ! ».

Mes SINCÈRES SALUTATIONS et avec mes remerciements,

POLYPHEME

LETTRE DES 6B - groupe 1

Cher Homère,

Je me présente, je suis Polyphème le Cyclope, fils de Poséidon, dieu des océans. Je suis le monstre célèbre de votre œuvre épique L’Odyssée. Sans doute vous rappelez-vous de moi : je suis géant, je ne possède qu’un œil comme tous mes congénères, je suis très fort et j’ai mauvais caractère : je ne respecte ni les mortels ni les dieux et je ne respecte pas les lois de l’hospitalité.

Je voudrais vous remercier de m’avoir permis de me rassasier de chair humaine grâce aux délicieux compagnons de cet affreux Ulysse. Merci également de m’avoir créé puissant et fort et de m’avoir fait traverser les siècles grâce à votre œuvre.

Néanmoins, je suis mécontent car à cause de vous et de ce mortel à la noix d’Ulysse, j’ai perdu un œil et je suis passé pour un imbécile naïf car j’ai cru qu’Ulysse se nommait Personne ce qui a fait rire tous mes frères et tous vos lecteurs-auditeurs. J’ai aussi cru que ce dernier avait perdu son navire. Enfin, j’ai accepté son vin ce qui m’a causé de nombreux problèmes dont celui de perdre un œil.

Pour cela, j’aimerais que vous envisagiez de redonner une bonne réputation à mon personnage : je voudrais que vous me fassiez rusé et que je puisse me venger d’Ulysse aux mille ruses. Qu’en pensez-vous ?

Dans l’attente de votre réponse, veuillez recevoir, cher Homère, mes salutations distinguées.

POLYPHEME

LETTRE DES 6A - groupe 1

Cher Homère,

Je me nomme Athéna, je suis la déesse grecque de la stratégie guerrière et de la sagesse. Je suis la divinité polyade d’Athènes. On me nomme aussi Minerve chez les Romains. On raconte que je suis sortie armée de la tête de mon père, le grand Zeus. Je suis connue pour avoir aidé Persée à combattre Méduse, les Grecs à vaincre lors du siège de Troie et notamment le Grec Ulysse que j’ai protégé durant son périlleux voyage pour rejoindre sa patrie Ithaque.

Je me permets de vous écrire pour vous faire part de mon avis sur mon rôle dans votre œuvre épique qu’est l’Odyssée. En effet, je suis assez déçue d’avoir dû aider un homme qui, quoiqu’on en dise, ne s’est pas toujours montré à la hauteur de sa réputation de chef : je regrette qu’il n’ait pas assez insisté auprès de ses compagnons pour les empêcher de manger les bœufs sacrés d’Hélios ; à mon sens, il passe beaucoup trop de temps chez Calypso alors que cette pauvre Pénélope se morfond dans son royaume où elle est harcelée par de nombreux prétendants.

Néanmoins, j’apprécie que vous mettiez en valeur mes qualités : la ruse quand j’ai déguisé Ulysse en mendiant et l’éloquence quand je suis parvenue à convaincre mon père de laisser repartir Ulysse de chez Calypso.

Enfin, je souhaiterais à l’avenir que vous continuiez à créer des œuvres dans lesquelles j’aurais un rôle important. Peut-être pourriez-vous imaginer une épopée dont seuls les dieux seraient les personnages principaux. Aussi, il me semble que Zeus et Poséidon sont trop cruels avec les hommes : vous devriez leur donner une bonne leçon dans un prochain récit.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, cher Homère, l’assurance de mes sentiments distingués.

ATHENA

JPEG